Site de Faudon

La zone de Faudon

St-Philippe constitue un site naturel remarquable et archéologique riche en évènements, véritable livre d’histoire qui nous révèle la présence et la vie des occupants sur une période de près de 6 000 ans, du Néolithique (- 5500 avant J.-C.) à la période moderne.

Les plus anciens témoignages sont des petits éclats de silex, une molette (pour le broyage des céréales) et une lame de silex (à Moissière) du Néolithique, et dont la présence est cohérente avec les découvertes faites depuis près de 20 ans dans le Massif des Ecrins et le Champsaur.

L’âge du Bronze, est concrétisé par une pièce de céramique. Les nombreuses pièces de céramique découvertes sur le site couvrent les périodes du Bronze final (- 1400 av. J.-C. environ), la période romaine, l’Antiquité tardive (IIIe siècle) et la période médiévale.

La présence d’un tumulus ou plusieurs tumuli selon les auteurs (sépulture sous un tertre de terre ou de pierre) de l’âge du Fer est attestée. Les prospections des historiens locaux du XIXe siècle ont révélé des restes humains et du mobilier en bronze (bracelet en bronze, disque de 75 millimètres orné d’un bord relevé, fibule en fer formée de deux boules jointes par une tige) ; toutes ces découvertes ont malheureusement disparu.

Croix St Philippe Ancelle Mairie Champsaur Valgaudemar Hautes Alpes Ancelle Station
Croix St Philippe Ancelle Mairie Champsaur Valgaudemar Hautes Alpes Ancelle Station

Les grosses pièces de tuiles romaines (épaisseur de 37 mm) et une pointe d’amphore suggèrent une occupation permanente ; occupation sans doute contemporaine des sites majeurs de St-Laurent-du-Cros, Forest-St-Julien et des sites pastoraux d’altitude du Haut Champsaur.

Le Moyen Âge est la période la plus riche et la plus documentée. Les fouilles de 1907 ont permis de dresser le plan de l’ancien « castrum » ou tour de Faudon (« turris de Faudonne » en 1030) situé au sommet ; ce « fort » de dimension modeste (30 m x 25 m) avait une forme irrégulière à six côtés. Le site révéla un mobilier archéologique riche et très varié : restes de repas ; pièces métalliques (carreau d’arbalète, boite de serrure, clé, clous, boucle d’harnachement, etc.) ; des indices de présence d’une forge (scories) ; deux glacières ; des objets très intéressants comme deux remarquables trompes d’appel (XIIIe-XIVe siècles) ; une pièce de métier à tisser ; un flageolet (flûte en os de mouton) ; une meule inachevée ; une pierre ollaire (indice d’activité culinaire). Tous ces indices et le mobilier (détenu par le Musée muséum départemental), précisent l’occupation et la vie de la tour et du « village » médiéval en contre-bas, entre le XIe et le XIVe siècle.

Après la peste noire de 1348-1349, aux XIVe et XVe siècles, l’absence d’indices archéologiques et les sondages de lac de Faudon, suggèrent une forte baisse de l’activité.

A partir du XVIe siècle, on observe la reprise des défrichements et une mise en valeur agropastorale ; cette activité est illustrée par la présence sur les espaces agricoles d’une belle fontaine aménagée et de nombreuses gravures de bergers (essentiellement des monogrammes, des millésimes de l’époque moderne).